Motivation et les raisons du silence

« POURQUOI LES AGENTS IMMOBILIERS NE RAPPELLENT JAMAIS ?  » …Voici donc une réponse à cette question que se posent les acquéreurs … La première  raison est que le plus souvent nous n’avons pas ce que vous cherchez hélas …Mais rassurez vous, les professionnels de l’immobilier y travaillent et passent 80 % de leur temps à chercher le bien de vos rêves….Mais il y a une autre raison qui pourraient bien vous surprendre… si nous vous disions que c’est un peu de votre faute à vous, les clients….Pourquoi ? Eh bien parce que vous, les acquéreurs ‘potentiels’, dépensez ,sans vous en rendre compte, beaucoup d’énergie à faire la démonstration de votre ‘manque de motivation’ …si si je vous assure !

 Un acquéreur motivé
Condition 1: Un acquéreur motivé

Rappelez vous de ce que vous dites à un conseiller immobilier, voici quelques exemples de phrases démotivantes pour les conseillers immobilier :  » Nous ne sommes pas pressés, nous commençons nos recherches, nous étudions le marché  » ou le fameux  » nous voulons avoir le coup de cœur  » et aussi « nous irons voir la banque quand nous aurons trouvé » certains acheteurs nous disent  » nous devons vendre avant d’acheter  » mais ne veulent pas que nous les aidions à vendre leur bien…étonnant d’ailleurs car ils ne peuvent pas acheter , du coup … Il y a aussi le célèbre  » envoyez nous des photos, descriptions complètes  » etc etc … Sachez, très respectables clients, que lorsque vous vous exprimez ainsi, le professionnel de l’immobilier entend  » Je ne suis pas motivé, je ne suis pas prêt à prendre une décision, je n’achèterai pas  » …. Alors voilà ce qu’il faut dire à un agent immobilier pour qu’il vous rappelle et qu’il s’occupe de vous ; dites lui :.. » Nous souhaitons devenir propriétaires dans les mois qui viennent  » ou  » Nous sortons de la banque et nous sommes prêts à acheter  » ou encore  » Nous irons visiter tout ce que vous nous proposerez ! » car sachez, chers clients ‘potentiels’ que nous ne sommes pas très ‘rassurés ‘ à l’idée de vous envoyer trop de détails sur les biens que nous avons eu tant de mal à avoir en mandat… Vous n’ignorez pas que le sport national des acheteurs français consiste à … retrouver les biens par eux mêmes…

Le conseiller immobilier se décarcasse toujours pour un client motivé
Le conseiller immobilier se décarcasse toujours pour un client motivé

En clair, le conseiller immobilier se décarcassera pour n’importe quel client qui lui dira  » Je suis très motivé pour devenir propriétaire et je compte sur vous  » … Promis, on vous rappellera …car il n’existe pas de professionnel plus passionné et plus motivé qu’un agent immobilier qui a …des clients motivés…

La motivation est contagieuse...
La motivation est contagieuse…profitez en!

Thierry Tousimplement 

 

Envie de vous installer en Normandie?

 En Normandie, c’est beau, c’est vert,  c’est calme.

« Chaque jour nous sommes récompensés par la beauté des paysages , les couleurs du ciel, la proximité de la mer  (Deauville – Cabourg- Granville – le Mont Saint Michel), la beauté de l’architecture locale (manoirs à colombages, châteaux, maisons en pierre,…), la possibilité de faire toutes sortes d’activités facilement, le sentiment d’être à l’aise dans notre environnement et en harmonie avec la nature. « 

Aujourd’hui 2016-03-25:

  • 64 BOULANGERIES PÂTISSERIES  SONT A VENDRE DANS LE CALVADOS
  • 36 BOULANGERIES PÂTISSERIES SONT A VENDRE DANS LA MANCHE
  • 27 BOULANGERIES PÂTISSERIES SONT A VENDRE DANS L’ORNE
  • 48 BOULANGERIES PÂTISSERIES SONT A VENDRE EN SEINE MARITIME

Cette vidéo est faite pour vous. De quoi susciter l’envie de venir s’installer en Normandie. Entreprises & Commerces by Proprietes-privees  vous y installera avec professionnalisme.

5 raisons de s’installer à Caen

Partir s’installer à Rouen

Si vous cherchez la qualité de vie sans quitter la Seine et vous éloigner trop de la région capitale… rendez-vous à Rouen !  La métropole normande vous séduira par son ambiance naturelle et son activité. Ses petites ruelles en centre-ville vous replongeront dans l’univers des grands maîtres impressionnistes, Monet et Pissarro. Rouen est aussi une ville ambitieuse – qui souhaite profiter à fond de sa proximité de Paris et du Havre. Et si vous êtes du genre actif, Rouen vous propose une large palette d’activités sportives pour tous les niveaux !

Je n’aime plus Paris et je m’installe… dans l’Orne

Sa boulangerie  dans l'ORNE

Mésentente entre patron et salarié: rupture conventionnelle ?

Mésentente entre le patron et son salarié. La rupture conventionnelle est une solution pour se séparer et qui constitue l’un des modes de rupture du contrat de travail à durée indéterminée.

La rupture conventionnelle est une solution à envisager
La rupture conventionnelle est un « divorce à l’amiable »

Ce mode de rupture suppose que chacune des parties souhaite mettre un terme au contrat de travail qui les lie. Il ne nécessite pas de faire état d’un motif et évite par conséquent une contestation de celui-ci.

Par contre, il permet au salarié de bénéficier d’une indemnité de rupture qui ne peut être inférieure au montant de l’indemnité de licenciement.  Pour les salariés bénéficiant d’une ancienneté inférieure à un an il conviendra de verser néanmoins une indemnité de rupture conventionnelle due au prorata du nombre de mois de présence du salarié dans l’entreprise. Le salarié pourra également bénéficier d’indemnités de chômage en fonction de ses droits acquis à ce titre.

mesentente2
La mésentente impacte toujours la production

Il est impératif de remettre un exemplaire de la convention de rupture au salarié. A défaut, la rupture conventionnelle est considérée comme nulle. Le salarié est alors considéré comme ayant fait l’objet d’un licenciement sans cause réelle et sérieuse et l’employeur peut se voir dans ce cas condamné à des dommages et intérêts.  Il importe que le consentement de chacune des parties soit bien donné de façon libre, sans avoir été imposée par l’une ou l’autre des parties. Il n’y a pas de délai à respecter entre l’entretien au cours duquel le salarié et l’employeur se mettent d’accord sur la rupture (montant de l’indemnité et date de fin du contrat) et la signature proprement dite de la convention de rupture. Cette signature peut donc intervenir à l’issue de cet entretien. Lors de l’entretien, le salarié doit être bien informé du principe de la rupture conventionnelle afin qu’il y consente librement et en toute connaissance de cause. A ce titre, l’employeur doit l’informer qu’il peut se rapprocher de Pôle Emploi pour envisager la suite de son parcours professionnel. Cette obligation est rappelée par le formulaire CERFA de rupture conventionnelle. L’oubli par l’employeur d’informer son salarié de cette possibilité de contacter Pôle Emploi ne justifie pas à lui seul la nullité de la convention de rupture.

La mésentente est toujours ressentie en magasin par la clientèle et impacte les ventes
La mésentente est toujours ressentie en magasin par la clientèle et impacte les ventes

Enfin, on rappellera que le délai de rétractation de l’employeur et du salarié est pour chacun de 15 jours calendaires (samedi et dimanche compris) après signature de la convention. Au plus tôt le lendemain de l’expiration de ce délai de rétractation, un exemplaire de la convention doit être adressé à l’unité territoriale départementale de la DIRECCTE pour homologation. Celle-ci dispose d’un délai de 15 jours ouvrables (dimanches et jours fériés chômés exclus) pour faire part de son acceptation ou opposition. A défaut de réponse de l’administration, dans ce délai la rupture est considérée comme homologuée.

Rupture conventionnelle- légifrance

Un business plan pour bien calibrer le choix de sa boulangerie

Elaborez un business plan avant d’acheter le fonds de commerce,  de façon à calibrer correctement le choix de la boulangerie et travailler  ensuite en toute sérénité.

De façon récurrente, je suis confronté la vente de boulangeries dont les propriétaires, après quelques mois d’exploitation, constatent que leur affaire ne correspond pas à leurs attentes. En d’autres termes, le « reste à vivre  » de l’exploitant est insuffisant . Ces affaires ont toutes un point commun: – l’absence d’un business plan et d’un prévisionnel sérieux établis avant la période de la transaction du fonds de commerce. L’acheteur est souvent un artisan boulanger qui vient de vendre son affaire et qui en recherche une autre pour des conditions de travail plus agréables. Il souhaite se faire aider dans son travail quotidien. Mais il évalue mal le poids de la masse salariale. Un simple prévisionnel tenant compte de ces futurs conditions d’exploitation ( horaires, fermeture hebdo, congés annuels) et de son personnel à disposition ( tourier, vendeuse, apprenti..) lui aurait permis en amont de constater si le  » reste à vivre » est suffisant après avoir payé l’ensemble des charges mensuelles et le remboursement d’éventuels prêts bancaires.

Evaluer avec précision le poids de la masse salariale
Evaluer avec précision le poids de la masse salariale

Avant l’achat d’une boulangerie , il est absolument nécessaire de recalculer l’ EBE reconstitué avec les futures conditions d’exploitation. L’EBE reconstitué c’est la somme qu’il reste après paiement des achats, charges externes, impôts et salaires du personnel. Cette somme globale doit permettre de rembourser les emprunts, financer les amortissements, et payer les cotisations de l’exploitant . Ce qu’il reste à la fin, c’est le « reste à vivre de l’exploitant », c’est à dire son salaire net.

business plan boulangerie
Un business plan permet d’ évaluer le salaire net restant de l’exploitant

Vendre rapidement sa boulangerie en toute sécurité et sérénité

   Quelques points fondamentaux pour vendre le mieux et plus rapidement possible votre boulangerie.   Règle 1 : il faut réellement être vendeur. Si vous ne savait pas trop, attendez l’occasion en or, vous ne vendrez pas. Ne cherchez pas d’excuses, vous en trouverez toujours pour retarder la vente. Quand est ce le bon moment?  Le moment où on pourra en tirer le maximum ? En général, celui-ci il ne s’anticipe pas, il arrive tout seul, par hasard, par chance..  Le moment où on paiera le moins d’impôts ? Trop tard ! Ce moment est déjà passé,  Le moment où ce ne sera plus la crise et où l’entreprise aura retrouvé des comptes financiers un peu plus présentables, et surtout stables et en progression sur une longue période (plusieurs années, pas seulement plusieurs mois) ? C’est bien d’y croire,…  Quand les enfants seront grands ? Et les petits-enfants aussi?  Quand nous aurons fini de rembourser l’emprunt de la nouvelle machine. Au moins il s’agit d’une échéance certaine! Le bon moment c’est tout simplement quand on est prêt ! Alors, quand est-ce qu’on est prêt? La transmission d’entreprise c’est tout sauf cartésien. Ce n’est que psychologie, émotion et affaire de philosophie. Vouloir céder son entreprise, c’est avant tout dans sa tête que cela se passe. Le reste n’est qu’anecdotes et mauvaises raisons invoquées pour ne pas faire. Parce qu’au fond de soi, on n’a pas envie. On dit qu’on va le faire, mais on ne le fait pas. Pour se dire que l’on va vendre à telle date et faire le rétro-planning des étapes à franchir, il faut d’abord savoir :  » qu’est-ce qu’on va faire après ?  » Etre prêt, ce n’est surtout pas attendre le crash (la perte d’un client important, d’un marché, l’arrivée d’un nouveau concurrent plus performant), le déclin de santé : c’est trop tard ! Ce n’est pas non plus attendre que l’on vous y pousse : les problèmes qui obligent à vendre, perte de créativité, erreur stratégique, difficultés de trésorerie, accident de la vie. On est prêt quand on sait ce qu’on va faire après. On est prêt quand on se dit que l’on est prêt à passer la main, quand on s’est convaincu que ce n’était pas grave de la transmettre à quelqu’un qui s’avérera meilleur ou moins bon que soi. Quand on est prêt à tourner la page, en essayant de le faire dans les meilleures conditions. Quelles sont ces conditions ? La première : ne pas se retrouver pris à la gorge. Ensuite, informez-vous sur le processus en lui-même, sur le marché, sur les méthodes de valorisation, sur les perspectives qui rendront attirante votre boulangerie pour un profil type de repreneur, sur les aspects techniques tels que la fiscalité, vos droits à la retraite,. Un beau commerce, au bon prix, est vite vendu. Sachez apprendre à ne pas être trop gourmand et ayez le temps de réfléchir au juste prix de votre entreprise, celui qui permet d’avoir le choix. Donnez-vous les occasions d’avoir à choisir un repreneur et non pas d’avoir à brader votre commerce faute d’attractivité Règle 2 : Appliquez les principes basiques du Home Staging Le home staging vous aide à vendre votre bien immobilier au meilleur prix et le plus rapidement possible en se basant sur des principes simples et peu onéreux  de mise en valeur. Le but ? Créer un coup de cœur chez l’acheteur potentiel ! Dans le cas d’une boulangerie, l’accent est mis sur la propreté, la fonctionnalité. Redonnez un coup de pinceau sur les machines, le tour pâtissier, les chariots, portes de chambre de pousse. Le matériel doit paraître propre et entretenu même s’il a de l’âge.  Enlever les restants d’anciennes installations électriques ! Retirez tout ce qui ne sert plus, qui ne marche plus. Faites réparer ce qui est réparable: ne montrez pas un matériel qui fonctionne partiellement. Ne laissez surtout pas s’installer le doute !.. la valorisation du matériel en prendrait un sacré coup. En résumé , donnez  un coup de pinceau partout ou c’est nécessaire afin que l’œil ne s’attarde pas sur les imperfections inévitables. Règle 3 : présentez un beau bilan pour la cession de votre entreprise. Demandez à votre comptable de nettoyer le bilan au niveau des immobilisations qui ne servent plus et qui n’ont plus de valeurs vénales. On y gagne 2 fois: on supprime les discussions avec les repreneurs et on diminuera la taxe professionnelle des dernières années et augmentera d’autant le résultat. Rétablissez au moins les deux dernières années une marge commerciale maximale ( chassez le black..) pour améliorer l’EBE et donc le résultat. La valorisation du fonds de commerce se fait en grande partie sur l’EBE. Donc si vous souhaitez vendre un bon prix votre commerce, stoppez net certaines pratiques occultes si elles existent . Vous ne pouvez pas être gagnant sur tous les tableaux. Il est important de supprimer les questions des repreneurs en amont. Si le bilan n’est pas clair ou si le compte de résultat révèle des éléments importants et anormaux dans les dernières années, vous allez susciter des questions qui peuvent amener des réponses embarrassantes et qui dans tous les cas vont semer le doute dans l’esprit du repreneur qui aura tendance à durcir les négociations. Normalisez les relations entre l’entreprise et vous sur un certain nombre de points: sous loyer, véhicule, avantages divers en nature et en espèces. Ces points sont à traiter en avance pour présenter le jour J un bilan qui soit le plus correct possible afin de diminuer les questions des repreneurs, pour éviter les négociations sans fin, pour qu’il n’y ait pas de litige chez le notaire ou après cession. D’autres points sont à aborder. C’est l’objet de la mission de votre conseiller en immobilier commercial qui vous guidera pas à pas tout au long du processus de vente.  

Vous avez un projet d’achat de fonds de commerce boulangerie pâtisserie

Vous êtes à la recherche d’une boulangerie pâtisserie à reprendre.
Vous recherchez sans avoir de projet précis…
Nous définissons avec vous vos objectifs pour ce projet.
Vous souhaitez peaufiner un business plan…
Nous vous aidons à la rédaction du business plan  et nous vous mettons  en relation avec un expert comptable qui va conforter votre dossier.
-Vous pensez être un peu juste en fonds propre.
Nous proposons des solutions de renforcement des fonds propres.
Vous voulez être certain de votre financement…
Nous vous proposons un courtier qui va répondre à vos attentes financières. Nous rédigeons  un Executive Summary convaincant pour donner envie de lire votre projet aux différents intervenants.
Vous souhaitez financer des travaux ou le fonds de roulement.
Nous suggérons des partenaires pour les travaux et les stocks afin de faciliter le lancement de votre affaire.
La qualité de notre accompagnement est toujours synonyme de succès.

Votre contact : Philippe de JORNA -06 64 72 84 75

Vers un positionnement tranché de la boulangerie – pâtisserie artisanale

Mon métier c’est de réaliser les diagnostics de boulangeries-pâtisseries dans le but de vendre le fonds de commerce à son juste prix et s’assurer que l’affaire reste pérenne. Il me faut mesurer les forces et les faiblesses de l’affaire. Car une bataille est ouverte: Comment va résister notre artisan boulanger-pâtissier face à la concurrence agressive des chaines de boulangerie?

Celles ci- s’implantent dans les meilleurs emplacements, sur les axes passagers et stratégiques,10 places de parking minimum, garantissent une rapidité de service. Elles utilisent des moyens redoutables pour notre artisan:

  • un marketing conquérant
  • une multiplication des points de ventes
  • une centralisation de la production
  • une automatisation de la production
  • une bonne qualité de produit pour un prix bas.

Qui dit bataille, dit tactique et stratégie. Exploiter les faiblesses de l’autre, le surprendre, le bluffer, c’est ce que doit envisager l’artisan boulanger -pâtissier au moral de vainqueur.

Notre artisan boulanger a pour moyens:

  • sa communication sur le caractère artisanal de sa fabrication
  • la diversité de ces produits
  • l’authenticité
  • les qualités gustatives de ses produits
  • l’utilisation d’ingrédients nobles
  • les séries limitées

Lorsque je fais le bilan des forces en présence chez l’artisan, je constate invariablement une communication marketing très souvent limitée aux murs de la boutique, parfois ( souvent? ) désuète. Il existe un immense fossé inter-générationnel par rapport à l’utilisation des nouvelles technologies, la géolocalisation, l’utilisation des réseaux sociaux. Tripadvisor est un outil incontournable en hôtellerie – restauration,et qui n’a pas son équivalent en boulangerie-pâtisserie.  Combien de boulangeries- pâtisseries préparent leur ventes sur Facebook ou twitter?  Leur nombre est ridicule. Pourtant c’est un excellent moyen pour capter une clientèle de passage, jeune, gourmande et exigeante, même et surtout dans  » le trou du cul du monde ». La jeune génération se déplace là où  il y a de l‘innovation géolocalisée .  Par contre j’ai toujours le retour du patron et sa confiance aveugle dans le bouche à oreille. Le problème, c’est qu’à la lecture des comptes de résultats, le bouche à oreille  n’est visiblement pas toujours suffisant et reste limité aux frontières du quartier ou du bourg. Le marketing conquérant et raisonné reste une grande faiblesse de la boulangerie artisanale.

La semi- automatisation est bien présente mais n’est pas assez poussée. L’artisan est artisan lorsqu’il peut intervenir sur la machine instantanément pour effectuer les réglages , observer , modifier, décider, se tromper, s’améliorer, produire à l’unité ou en petites séries . La machine doit être là pour améliorer la productivité, réduire les temps morts, gagner du temps, épargner la fatigue, maîtriser les paramètres, apporter de la précision dans les dosages, réduire la non-qualité. La semi- automatisation doit être la règle en boulangerie. Elle respecte  le caractère artisanal et authentique  du produit, mais  ne se confond pas avec folklore. Le gain de temps est primordial. Pour cela, il faut étudier parfaitement le process de fabrication, l’implantation des machines et des locaux, les temps de déplacement, mettre en place de une maintenance préventive pour éviter pannes et ruptures de production. Les fournils en sous-sol ou dans un labyrinthe ne devraient plus exister…

La force de l’artisan boulanger, c’est sa capacité a créer un lien social. Cela n’a pas de prix et c’est un des points faibles des chaines de boulangerie. C’est un angle d’attaque ou il faut concentrer toute son énergie.

Tel un chef de cuisine étoilé, le Maitre boulanger se doit d’aller aussi souvent que possible en boutique, en tenue de travail, pour communiquer sur son pain, sa façon de procéder, récolter les avis de ses clients/clientes. Il doit communiquer en direct. Il  est  assisté par la vendeuse qui ne manquera pas de sublimer les compétences du boulanger. Ce n’est pas suffisant pour le client, de voir de plus ou moins loin le fournil en activité. D’ailleurs, une fois passée sa curiosité, il s’en détournera rapidement s’il n’a pas de rapport direct avec le patron. Le fournil open m’a toujours paru une fausse bonne idée. La transparence pour montrer l’authenticité détruit le mystère de la fabrication artisanale. Et puis, il y a un coté hypocrite: on veut bien montré le fournil mais on oublie les surgélateurs….!  Artisanale ou pas, la boulangerie doit répondre à ses exigences économiques...

La force de l’artisan boulanger, c’est de développer les sensations particulières,  gustatives , olfactives et visuelles en fonction des saisons. Le positionnement premium du boulanger-pâtissier artisan se définit par un premier levier: l’innovation. Le consommateur viendra dans la boutique  » parce qu’il y a des produits originaux qu’on ne trouve pas ailleurs » .  Le facteur prix sera alors de moins en moins discriminant. Même si l’innovation reste rare en boulangerie et pâtisserie, la profession est appelée d’une manière générale à proposer une offre inventive
et créative. Le client a besoin de surprise, d’amusement et de renouvellement.

Une chaîne de boulangerie réussit très bien le visuel, tente le lien social en donnant la possibilité au client de s’asseoir pour déguster ses achats de boulangerie, déclenche l’effet Pavlov plus ou moins honnêtement, fournit des produits de qualité à bas prix. Son objectif est de capter une clientèle pressée et exigeante en prix et qualité. L’objectif de l’artisan boulanger est de capter une clientèle passionnée,  gourmande, curieuse, connectée, une fois qu’elle n’est plus pressée!… D’où l’importance du choix de l’emplacement, des créneaux horaires et jours d’ouverture.

 

 

 

 

 

.

Le succès à la portée de tout boulanger

Le succès n’est pas le résultat du hasard. Il existe des paramètres stratégiques dont la maîtrise conditionne le succès d’une entreprise par rapport à ses concurrentes. Identifier les Facteurs Clefs de Succès qui régissent le secteur dans lequel l’entreprise évolue, lui permet de comprendre sur quels leviers elle devra agir pour être performante.

Voyons ça de plus près, rentrons dans la boutique…

 Et oui, mon métier, c’est boulanger. C’est une bonne chose, mais qu’est ce qui fait qu’un type devient un bon boulanger ? La vraie question est même « Qu’attend-on d’un boulanger » ? Quels sont les passages obligés, les éléments nécessaires, ce qui ne peut pas manquer ?

La  détermination des facteurs clés de succes sont les éléments cruciaux à surveiller surtout en cas de baisse d'activité
La détermination des facteurs clés de succes sont les éléments cruciaux à surveiller surtout en cas de baisse d’activité

 

On attend du pain de qualité, frais du jour, on veut du choix (quitte à prendre toujours la même chose, mais ça rassure…) et un ou deux repères (obligé de faire de la baguette par exemple). Si mon pain est rassi, je suis mort ! S’il est tout le temps cramé, je suis mort ! Et si je n’ai plus rien à vendre à midi quand la clientèle de bureau arrive je suis  mort ! Par contre, il est indispensable que mon pain soit frais donc que je gère finement mon stock puisque je dois avoir du choix, pas de ruptures de stock, mais pas d’invendus puisque je ne peux pas écouler le restant le lendemain… Pas évident comme métier hein ? Et puis évidemment, mon pain doit être bon, je dois avoir du « pas trop cuit » et « du bien cuit » et de plus en plus de pains spéciaux. Sans quoi, on ne viendra pas me voir ! Voilà pour les FCS (facteurs clés de succès) Vous noterez que cette notion est très utile à la création d’une entreprise, mais pas uniquement. Je dois garder un œil sur ces FCS. Si je constate une baisse de mon activité, ce seront les premiers facteurs que j’irai voir. Est-ce que je fais toujours ce qu’il faut pour que ça fonctionne ? Il existe bien d’autres FCS concernant l’activité de boulanger ( les achats, la production, la vente, les le personnel, le marketing, .).

sourire vendeuse
FCS  PERSONNEL- Le sourire de la vendeuse

FCS  PERSONNEL

ƒ Des exploitants 
• Compétents
• Impliqués
• Charismatiques (si possible)
• Ambitieux mais réalistes
• Communicants et pédagogues
• Réceptifs aux évolutions de l’environnement
ƒ Un personnel
• Formé et compétent
• Motivé
• Au service du client
• À la rémunération adaptée

Parmi tous les facteurs clés de succès, le personnel est probablement le plus important. Le commerce est avant tout une activité sociale où la qualité de la relation est primordiale.
Il faut avoir un personnel formé et compétent, motivé dans son travail, toujours disponible pour rendre service aux clients et rémunéré par un « juste salaire » afin de ne pas trop alourdir le poste de charge que représente les frais de personnel.

FCS MARKETING

ƒ La bonne mise en valeur de l’offre (à travers le
magasin ou sur le support de vente) s’exprime par
• La localisation du point de vente
• La décoration et ambiance du magasin (couleurs, mobilier, odeurs,..) décor chaleureux avec places assises
• L’assortiment  et les prix- A chacun son pain ( classique, bio, congelable et longue conservation)
• L’implantation des vitrines sèches et froides dans le magasin
• La présentation des marchandises en rayon

fcs marketing
FCS MARKETING – Présentation des marchandises

FCS PRODUCTION

  • Une capacité de production adaptée à la demande
  • Du matériel en bon état de fonctionnement, disponible, fiable
  • Des matières premières en quantité  et qualité suffisantes contrôlées sur place
  • Une organisation de production fonctionnelle 
  • Des locaux ventilés sains, spacieux, éclairés, facilement nettoyables

FCS VENTE

  • Offre diversifiée jusqu’au snacking
  • Produits constants et goûteux perçus comme artisanaux
  • Heures d’ouverture étendues 
  • Pain chaud à toute heure
  • Relation client affirmée
  • Promotions assumées
  • Systèmes de fidélisation avancés
  • Approche hygiène soulignée
  • Paiement par carte de crédit

FCS EMPLACEMENT

  • Emplacement avec parkings attenants
  • Proximité des lieux de travail ou sur le passage travail-domicile
  • Zone commerciale – possibilité de faire ses achats au même endroit

 

 

Les 6 règles d’or du management efficace en boulangerie

Animer une équipe, c’est accepter de gérer des individualités et des tempéraments et cela ne s’opère pas au hasard.

1 – Définir des objectifs, ou transformer ses intentions en objectifs. On exprime les priorités et on emmène ses équipes dans la direction voulue, avec conviction. Le pouvoir de persuasion étant primordial, il faut faire preuve de détermination.

2 – Avoir la capacité d’entendre et d’écouter.  Entendre les signaux, mêmes faibles.

communication2

3 – Il est nécessaire de surprendre les clients: avec d’un côté, l’organisation, la méthode, l’exactitude ; et de l’autre, la prise de risque, la création, l’innovation.

4 – Etre capable d’entraîner son équipe : place à l’optimisme, à la bonne humeur.  Il faut donner envie à son équipe, et ce, dès la première poignée de main du matin !

5 – Accepter la remise en cause tout en restant en ouverture. Ne pas rester sur un échec et oser expérimenter de nouveau, tenter quelque chose d’autre. Faire attention à lancer des messages clairs car le flou ou le négatif est source de malentendu.

Un exemple : ne pas dire en magasin « Pas de croissant, aujourd’hui, Monsieur ? » mais plutôt « Je vous sers également un croissant aujourd’hui Monsieur ? ».

Ne jamais oublier que la première impression, que ce soit chez un collaborateur ou un client, laisse toujours des traces.

6 – Avoir le souci de la cohésion. Le manager doit rassembler coûte que coûte, surtout dans un métier qui comporte des clivages (fournil/magasin). Organiser des mini réunions de quelques minutes pour échanger, partager, dénouer les tensions. Tous les sujets sont bons à aborder : comment s’organise-t-on pour les vacances ? Qu’est-ce qui ne va pas au magasin ? Etc… « Une équipe vit de règles du jeu : il faut les expliquer – surtout aux jeunes – et s’y tenir. Cela évite que les salariés ne se sentent livrés à eux-mêmes »

Un équipe est un ensemble qui repose sur une saine communication entre les personnes. Employés,patrons s’y retrouvent. Et la santé des entreprises également !

communication

 

Investir 1€ doit rapporter au stricte minimum 1€ de CA

C’est du vrai bon sens paysan traditionnel, mais lorsqu’on investit (hors murs) 1€ on doit rapidement créer 1€ de chiffre d’affaires. Pour les boulangeries de quartier  1 euro investit crée en moyenne 1.3 € de CA. Ce ratio est caractéristique de chaque métier. Lorsque le ratio d’une boulangerie est >2 /1 on doit s’interroger sur le renouvellement du matériel. A contrario, si le ratio est < 1/1 , le boulanger a, soit très récemment investit dans du matériel de production, soit acheté son fonds de commerce beaucoup trop cher, ou surestimé son potentiel de chiffre d’affaires

Pour connaitre ce ratio, il faut se reporter à la lecture de l’Actif du Bilan ,et retenir la ligne Actif immobilisé net, puis relevé le chiffre d’affaires réalisé la même année. Nous obtenons ainsi le ratio Actif immobilisé net/CA.

On comprendra tout de suite l’importance de bien connaitre son potentiel de croissance et d’acheter un fonds de commerce à son juste prix, c’est à dire avoir préalablement réalisé une bonne évaluation du matériel de production et de la concurrence.