Le potentiel de croissance – méthode 1

Le potentiel de croissance d’une boulangerie-pâtisserie est un élément important à identifier lors de l’acquisition d’une affaire, mais aussi pour bien dimensionner l’investissement à réaliser. Une affaire avec un potentiel de croissance significatif va intéresser à la fois les acquéreurs potentiels mais aussi les banquiers qui financeront l’acquisition un peu plus facilement . Encore faut il chiffrer ce potentiel !
A partir des données de l’Insee et de son système Odil, il nous est facile sur une commune de connaitre sa population ainsi que sa zone d’influence. On retiendra le nombre de ménages (M) formés par cette population ainsi que la consommation  en produits de boulangerie (C) par ménage ( environ 600€/an) ce qui nous donnera le potentiel de dépenses( P).  P0= M x C. Le seconde étape consiste à déterminer le nombre de concurrents sur la zone étudiée et d’évaluer le chiffre d’affaires qu’ils ont réalisés sur les 12 derniers mois ( chiffres issus des comptes de résultats  du site societe.com ). Soit CA le chiffre d’affaires réalisé par les concurrents. En considérant un taux de pénétration de 50%, le chiffre d’affaires potentiel de notre affaire sera:P1= (P0-CA) x 50%. Si CAn est le chiffre d’affaires de notre affaire sur les 12 derniers mois, alors le potentiel de croissance sera égal à (P1-CAn) /CAn. Pour qu’il soit intéressant il est nécessaire  qu’il soit supérieur à 30%.

Cette méthode doit être complétée par une seconde que je vais décrire ultérieurement et qui tient compte du trafic routier et des pools d’actifs. Ce sera la méthode 2.

Potentiel de croissance – Méthode 2

Dans un premier il convient de mesurer le trafic devant la boutique , à l’aide d’un chronomètre, à une heure d’affluence moyenne pendant les heures d’ouverture.  Soit N le nombre de véhicule/heure. Si la boutique ouvre 8 h, le nombre de véhicules par jour sera  Nx8. On considérera que la boutique capte 1.5% du flux de circulation compte tenu des emplacements de stationnement à toute proximité .

Le trafic capté sera donc T= N x 8 x 1.5%

Dans un second temps il convient à partir du site web de l’Insee  Odil, de déterminer la population sur la zone de chalandise et d’appliquer un taux moyen de captation de 15% par jour. Ce taux varie en fonction du nombre de concurrents sur la zone de chalandise. Soit P la population captée.

Le nombre de clients par jour susceptible d’être capté est  = T+P

Si la boulangerie ouvre 260 jours/an, le nombre total de clients sera évalué à  : (T+P) x 260.

Le ticket moyen étant évalué par exemple à 2,3€, le chiffre d’affaires prévisionnel sera : (T+P) x 260 x 2.3

En croisant le chiffre d’affaires obtenu par les 2 méthodes, on obtiendra ainsi un CA moyen et par voie de conséquence, un potentiel de croissance en comparant le CA de l’année N au CA prévisionnel

 

 

 

 

 

Auteur : Le levain de demain

Consultant en immobilier commercial - Boulangerie Pâtisserie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *